Cochonneries au cinéma

Pour faire plaisir à un de mes lecteurs, Dopi, voici une petite histoire qui se déroule dans un cinéma.

 Durant mes vacances, j’avais envie de voir un film. En cette période de fin d’année, il y avait essentiellement des dessins-animés mais dans les multiplex, il y a toujours un film à voir. J’optais pour un film sentimental, bien relaxant et tout plein de mignons bonheurs.

Lorsque j’entrais dans la salle, je fus surprise de constater qu’il n’y avait pas grand monde et qu’en plus, les spectateurs étaient uniquement des garçons. « Bizarre » me dis-je en prenant place vers le centre de la salle.
Lorsque les bandes-annonces et les publicités prirent fin (après au moins un quart d’heure !), le film débuta par le crépitement d’armes à feu et une explosion intense… Je m’étais, sans nul doute possible, trompée de salle. Tant pis ! Peut-être que ce film serait bien finalement.

A peine dix minutes après le début, quelqu’un vint s’assoir juste à côté de moi. Il y avait plein de places libres et cet importun venait se coller. Il ne connaissait pas les règles de la bienséance urbaine ou quoi ?
Presqu’aussitôt, il posa une main sur ma cuisse. Je la repoussais négligemment tout en continuant à regarder l’écran. Pas découragé, il recommença. Je repoussais de nouveau sa main mais cette fois il attrapa la mienne pour la poser sur la bosse de son pantalon. Il me maintint la main assez fermement pour que je ne puisse la retirer. Ensuite, il m’imposa un mouvement de va et vient : le cochon était en train de m’utiliser pour se branler !
Sa main libre remonta ma jupe pour atteindre ma culotte et tenta vainement de se glisser dessous.
- Attends, me souffla-t-il en écartant ma main.
Il se déboutonna et sortit son sexe raide.
- Ce sera plus facile comme ça.
Il remit ma main sur son sexe et continua de se branler.
La situation commençait à m’exciter et j’écartais sensiblement les cuisses pour lui permettre de partir à l’assaut de ma fente. Il joua avec mes lèvres avant de m’enfoncer un doigt. Je me mis à me trémousser sur mon siège.
- Tu aimes ça, me murmura-t-il avant de lécher ses doigts pleins de mouille. Pompe moi le dard maintenant.
Comme je ne bougeais pas, il posa la main sur ma nuque et me fit me pencher pour que ma bouche soit à la hauteur de son membre dur et palpitant. Je l’embouchais sans rechigner davantage et me mit à le sucer avec application. L’inconnu gémit sous le jeu de ma langue ; il n’était pas très discret !

- C’est mieux que le film, gloussa quelqu’un derrière.
- Elle est chaude, c’est ta copine ?
- Non.
- C’est qui ?
Je tentais de me relever mais l’homme m’en empêcha en me maintenant la tête.
- J’sais pas.
- Tu la connaîs pas et elle te suce ? La salope !
- Ouais ! Et elle pompe super bien.
-Hey ! M’dame, tu me suces après ?
A leur intonation, c’étaient les quatre jeunes du fond de la salle. Il était certain que tous ceux qui étaient assis derrière m’avaient vue me pencher et ne pas me relever. Avec un peu de jugeotte, ils avaient compris que je pratiquais une fellation à mon voisin.
Une main vint se poser sur mes fesses et une autre tenta de me peloter les seins mais étant donnée ma posture, ca lui était difficile. Celui qui s’occupait de mes fesses avaitune totale liberté qu’il mit à profit pour remonter ma jupe et glisser sa main sous ma culotte.
Comme je n’avais pas spécialement envie de sucer à la chaîne, j’espérais que lorsque l’inconnu allait éjaculer, il me libèrerait. Ainsi, je filerai sans me retourner.
Celui qui voulait atteindre mes seins se fit plus pressant. Je fus obligée de bouger un peu pour le laisser faire car il commençait à me faire mal. L’autre me titillait l’anus.

Finalement, mon voisin me força à lui faire une gorge profonde et à avaler son sperme. Il ne me libèra que la dernière giclée avalée. Enfin libérée c’est vite dit car en fait il me releva la tête en m’agrippant les cheveux. Là, je constatais qu’outre les jeunes gens, il y avait plusieurs hommes autour de nous ; j’étais même encerclée !
Une queue fièrement dressée vers le ciel apparût devant mes yeux.
- Vas-y, tu me suces le zob maintenant ?
Je secouais la tête en signe de refus.
- Vas-y ! Fais pas ta timide.

 
A suivre !

6 Réponses à “Cochonneries au cinéma”


Laisser un Commentaire




Flore |
Le "X" Gratuit |
Bienvenue aux naturistes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rejoins moi
| Murmures sadiens
| Stream SeX